Aliments ultra-transformés : quels les sont les plus consommés ?

De nos jours, les aliments ultra-transformés occupent une grande place dans les habitudes de consommation. Ces aliments constituent selon, beaucoup de chercheurs, un danger réel pour la santé. En effet, le lien est souvent établi entre l’obésité, le diabète et la consommation excessive d’aliments ultra-transformés. Dans cet article, nous évoquerons les aliments ultra-transformés les plus consommés.

Quels sont les aliments ultra-transformés les plus consommés ?

Actuellement, les aliments ultra-transformés les plus consommés sont les suivants :

  • Les repas préemballés
  • Le pain qui est produit de façon industrielle
  • Les céréales consommées au petit-déjeuner
  • Les confitures
  • Les sauces et les produits carnés qui sont reconstitués
  • Les gâteaux
  • Les pâtisseries
  • Les copeaux qui sont produits de manière industrielle
  • Les boissons gazeuses et autres jus de fruits
  • Les vinaigres et les jus de viande
  • Les croustilles et autres collations salées
  • Les aliments en conserve tels que, les fèves au lard ou encore, les soupes
  • Les produits dérivés du soja
  • Les substituts de lait de vache

Cette liste non exhaustive regroupe les aliments ultra-transformés les plus consommés notamment, dans les pays développés.

Comment reconnaître les aliments ultra-transformés ?

Reconnaître un aliment transformé n’est pas tout le temps facile. En effet, dans certains cas, un même type d’aliment peut avoir différents niveaux de transformation (peu transformé, transformé ou ultra-transformé). Voici cinq étapes servant à reconnaître les aliments ultra-transformés.

  • Bien vérifier l’étiquette : En général, les listes d’ingrédients trop longues, peuvent signifier que l’aliment est ultra-traité.
  • Certains ingrédients qui sont méconnaissables sont peut-être des additifs dont certains peuvent souvent occasionner des effets non désirés.
  • À l’aide de couleurs sur l’étiquette, on peut connaître la teneur en graisses saturées, sucre et en sel. Si le niveau est élevé, la couleur rouge est appliquée, la couleur ambre sert à indiquer un niveau moyen et le niveau faible est indiqué par le vert.
  • Certains aliments pouvant être conservés dans une longue durée peuvent indiquer la présence d’agents de conservation
  • Enfin, il est conseillé de me méfier de l’image de marque et du marketing agressif.

Les quatre catégories d’aliments

Par ailleurs, il convient de rappeler que la notion d’aliment ultra-transformé a été lancée il n’y a pas longtemps par les chercheurs de l’Université de Sao-Paulo, au Brésil.

Par ailleurs, l’Université de Sao Paulo a mis en place un système de classification des aliments. Ce système répartit les aliments en quatre principaux groupes.

Le groupe 1

Ce groupe se compose d’aliments non transformés ou qui sont très peu transformés au moment de la consommation. En plus, ils sont généralement riches en fibres, en vitamines et en minéraux.

Dans ce groupe, nous pouvons retrouver : les fruits frais, les légumes, les noix les graines ou encore les légumineuses…

Le groupe 2

Il s’agit dans ce groupe, des ingrédients utilisés dans la cuisson et qui sont transformés tels que, les huiles, le beurre, les vinaigres ou encore, les sucres.

Ces aliments ne sont, en général, pas consommés seuls ou en grande quantité. On les utilise avec d’autres aliments présents dans le groupe 1.

Le groupe 3

Il s’agit dans ce groupe, des aliments qui sont traités. En général, ces produits sont fabriqués grâce à un mélange de différents ingrédients appartenant aux groupes 1 et 2.

Le groupe 4

Dans ce groupe, on retrouve des aliments appelés Aliments Ultra-transformés (AUT). Ces derniers renferment en général, des ingrédients que vous n’avez pas besoin d’ajouter quand vous cuisinez de la nourriture chez vous. On y retrouve notamment, des produits chimiques, des colorants ou encore, des agents servant à la conservation.

Si on se réfère aux études réalisées en France et en Espace, ceux qui consomment quotidiennement, au-delà de quatre portions d’aliments transformés et cela pendant 10 années, ont un risque de décès qui est de 62 % supérieur à celui des autres consommateurs notamment ceux qui ont l’habitude de ne pas dépasser une portion par jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *